Marques de Gramola

Dans les années 1960 et 1970, les machines à disques avec sélecteurs de mélodies à distance sont devenues très populaires dans les restaurants. De la gramola et de ses marques bien connues, la plus célèbre est le modèle Seeburg 3W1, qui n’avait pas de mécanisme à l’intérieur, mais seulement recueilli les pièces et a pu permettre la sélection de la mélodie qui a été choisi à une unité située à distance. La reproduction de l’enregistrement sélectionné était portée par de petits haut-parleurs placés dans la machine. A la fin de la chanson, d’autres ont été jouées par un autre client. Le mécanisme de la machine les programmait de telle sorte que la reproduction se faisait dans l’ordre de sélection, il fallait donc peut-être en écouter d’autres, jusqu’à ce que le tour de l’élu arrive. De plus, certaines machines étaient capables de jouer des disques vinyle de 33 tours par minute, soit le même diamètre qu’une machine de 45 tours.

Au cours de ces années, différents modèles ont été créés avec différentes lumières et décorations ornementales, disque, psychédélique et autres ajouts esthétiques, en gardant toujours le principe de fonctionnement inchangé. Pour que le vendeur sache combien de fois la face A du disque a été jouée, il y avait des compteurs de popularité (la face B était presque sans importance). De cette façon, seuls les enregistrements populaires restaient sur le menu ou la liste, et ceux qui étaient moins joués étaient échangés contre d’autres avec la possibilité d’avoir du succès.

Les machines Wurlitzer étaient exclusives parce qu’elles pouvaient reproduire les faces A et B d’un disque et passer à la sélection suivante, tandis que les machines Rock-Ola et Seeburg reproduisaient les faces A choisies, puis les faces B sélectionnées et ensuite arrêtées.